Montparnasse

Cette butte de remblais du XVIIème siècle est nommée ainsi par les étudiants en référence à la résidence des muses grecques, le mont Parnasse. Elle est rasée au siècle suivant pour tracer le boulevard du Montparnasse, lieu de promenade sur l’ancienne enceinte des Fermiers généraux. Comme à Montmartre, de nombreux bals de barrière s’y installent dès la Révolution, pour échapper à l’octroi : la Grande Chaumière, le bal Bullier ou la Closerie des Lilas.


Sonia Delaunay – le bal Bullier (1913)

Sa situation hors la ville (au nord de l’actuel 14ème arrondissement) en fait naturellement une terre d’accueil pour :

  • un cimetière, créé en 1824 et traversé par la rue Emile Richard, voie fantôme qui ne comporte aucun numéro et aucun habitant « vif ». C’est LE cimetière rive gauche à Paris ; nombre de personnalités des arts ou des lettres y résident ;
  • une première gare de l’Ouest, construite en 1840 puis reconstruite en 1852, au même endroit. A la fin des années 1960, la nouvelle gare est édifiée pour laisser place à la Tour et un centre commercial ;
  • la prison de la Santé, érigée entre 1861 et 1867 (rénovation en cours) ;

Pour être complet, citons enfin l’hôpital Cochin et l’Observatoire .

Mais Montparnasse est d’abord associé aux Années Folles…
Après l’Exposition universelle de 1889, de nombreux artistes s’installent dans ce quartier populaire – plus central que Montmartre – qui devient le creuset où s’élaborent les nouveaux courants artistiques : cubisme, fauvisme, dadaisme et surréalisme. Les cafés à bon marché facilitent la sociabilité, l’émulation et l’entraide (le Dôme, la Coupole, la Closerie des Lilas, la Rotonde, le Select ou Le Bœuf sur le toit). Les Montparnos y instaurent rapidement une atmosphère créative et libertaire, propre à attirer des commanditaires américains à la recherche de talents nouveaux.

 
Gertrude Stein (par Valloton 1907) et Peggy Guggenheim, découvreurs de talents
Apollinaire (par Metzinger 1910) et Zadkine en 1914 (Wikipedia) 

Giacometti (par Hladik en 2002) ; Foujita (par Nery en 1930)  

En 1902, le sculpteur Alfred Boucher installe passage Dantzig l’ancien pavillon des vins de Gironde de l’Exposition Universelle et fonde une cité destinée aux artistes : la Ruche.
Montparnasse connait son apogée dans les années 1920. C’est alors le cœur de la vie intellectuelle et artistique à Paris. Tout ce qui compte dans le monde de l’art, de l’esprit est concentré dans ce quartier. On pouvait même y croiser Lénine et Trotsky !

 la Ruche

Et puis la guerre disperse  la société artistique ; le temps de Montparnasse est passé…

 
Picasso (1933) et Kiki (violon d’Ingres 1924) par Man Ray