La Seine et ses îles

La Seine arrose Paris sur une longueur de près de 13 kilomètres (profondeur entre 3,40 m et 5,70 m ; largeur entre 30 et 200 m – elle était encore, au IVème siècle, de 40 m plus large qu’aujourd’hui ; 26,72 m au-dessus du niveau de la mer). Elle est traversée par 37 ponts dont 4 passerelles accessibles uniquement aux piétons.

La Seine est indissociable de la croissance de Paris :

  • la corporation des marchands de l’eau, qui reçoit en 1170 de Louis VII le monopole du commerce sur la Seine, fournira de nombreux édiles à la ville, ainsi que son emblème ;

       Sceau des marchands de l'eau de Paris de 1210, conservé aux Archives Nationales (Wikipedia)             La joute des mariniers, entre le pont Notre-Dame et le Pont-au-Change (1756) de Raguenet, musée Carnavalet

Sceau des marchands de l’eau de Paris de 1210 (Wikipedia) ; la joute des mariniers, entre le pont Notre-Dame et le Pont-au-Change de Raguenet (1756 – musée Carnavalet)

  • elle abreuva sa population : les porteurs d’eau, corporation mentionnée dès 1292, apportaient l’eau à domicile. Ils disparurent à la fin du XIXème siècle (on en comptait 15 à 20 000 à la veille de la Révolution). En réponse à l’accroissement de ses habitants, on construisit des pompes (la Samaritaine, sur le Pont-Neuf, fonctionnera de 1605 jusqu’en 1813 ; celle du pont Notre-Dame de 1673 à 1858).
  • elle fut source d’énergie pour les moulins et réservoir pour la pêche, activités qui se poursuivent sans discontinuer jusqu’au XVIIIème siècle. L’intensification des activités sur le fleuve aboutit à une forme de saturation, qui conduira à l’éviction des bateaux de blanchisseuses au pied du Louvre. A partir de 1750, les activités sédentaires sont progressivement éliminées tandis que la Seine fait l’objet de nombreux aménagements. Les abords sont dégagés et ordonnés. L’octroi repousse le commerce en périphérie. Dès le début de XIXème siècle, les ponts sont reconstruits et la Seine canalisée.
  • lieu de commerce et lieu de vie : les fêtes de la monarchie y étaient organisées, la population s’y lavait…

En 1991, le site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco du pont d’Iéna au pont de Sully (jusqu’au pont de Bir-Hakeim pour la rive gauche), respectant une ancienne distinction entre amont (après l’Arsenal, commence le port) et aval (le Paris royal et aristocratique) de la Seine.

Qui est là
Toujours là dans la ville
Et qui pourtant sans cesse arrive
Et qui pourtant sans cesse s’en va
C’est un fleuve
Répond un enfant
Un devineur de devinettes
Et puis l’œil brillant il ajoute
Et le fleuve s’appelle la Seine
Quand la ville s’appelle Paris

Jacques Prévert (La Seine a rencontré Paris)

Des iles anciennes, ne subsistent dans Paris que les îles centrales (Saint Louis et Cité), plus larges qu’à l’origine en raison de l’entassement le long des berges de matériaux de démolition au cours des âges.

 plan deVaugondy ( 1760 ) ile Louviers    plan de Roussel : Ile Maquerelle ou des Cygnes - 1730 (Wikipedia).

A gauche, l’ile Louviers – ou île aux Javiaux – sur le plan de Vaugondy en 1760 ; elle est rattachée au quai Morland au milieu du XIXème siècle.
A droite, l’ile Maquerelle ou des Cygnes sur le plan de Roussel en 1730 ; elle est rattachée à la rive gauche à la fin du XVIIIème siècle (Wikipedia).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *